Le saviez-vous ?

Du 07/01/2021 au 30/06/2021

Les rois mages ont laissé leurs noms dans les Hautes-Alpes.

Avec la traditionnelle galette des rois, nous fêtons l’Épiphanie, fête chrétienne du 6 janvier célébrée le deuxième dimanche après Noël. La fête se rapporte à un épisode relaté dans l’Évangile de saint Mathieu : le voyage de mages venus d’Orient jusqu’à Bethléem, lieu de la Nativité.

Le culte, rendu dès le Moyen-Âge aux Rois Mages est fondé sur leurs reliques . Au XIe siècle, celles-ci auraient été transportées à Milan puis à Cologne. Et c’est en l’honneur de ces reliques, déposées dans une châsse en or, que la cathédrale rhénane est reconstruite aux XIIIe siècle. Dans les Hautes-Alpes, l’ancienne cathédrale d’Embrun leur est dédiée sous le vocable de Notre-Dame des Trois Rois et devient au XVIe siècle, le lieu d’un important pèlerinage.

À cause de la rapidité et du succès de leur voyage, les Rois étaient les protecteurs des voyageurs et des pèlerins qui les invoquaient pour marcher « sans se lasser ». Pour cette raison de nombreux hôtels et auberges prirent le nom de « logis des trois Rois », ou simplement « des Rois », et même pour rappeler leur lointaine origine « des trois Maures ». Les Archives départementales conservent plusieurs documents (pièces de comptes, actes notariés…) où il est fait mention d’auberges des trois Rois à Serres, Veynes, Gap, Embrun ou Briançon. En 1654 à Gap, le logis « où pend l’enseigne des trois Roys » est situé place saint Étienne, l’actuelle place Jean Marcellin. Et près d’un siècle auparavant, le notaire E. Arnaudon nous apprend que le 2 janvier 1577, c’est « par un trou du côté de la maison du logis des trois Roys » adossé à l’enceinte de la ville, que le chef protestant Lesdiguières prend Gap avec sa troupe.

Source de l'illustration: « Aux trois Rois Mages, Chez Veuve Izouard, aubergiste », enseigne d’auberge, peinture sur bois,  XVIIIe siècle (Briançonnais, collection particulière).